Crédit photo: L.A. Times - Liz Baylen | capture d'écran

Les autorités s'inquiètent d'un nouveau produit 25 fois plus puissant que le fentanyl

Publié le 12 février 2024 à 7h05
PAR LAURENCE PERRON
Comme l'indique un article de Radio-Canada, la santé publique de la région de Québec sonne l'alarme concernant la circulation d'une nouvelle drogue extrêmement dangereuse, surnommée « oxycodone de rue ».

Ces comprimés, de couleur verdâtre et marqués « 80/OP », sont conçus pour imiter l'OxyContin. Cependant, ils contiennent de la protonitazèpyne, un opioïde de synthèse qui se révèle être 25 fois plus puissant que le fentanyl, posant ainsi un risque de surdose mortelle.

image

Anne-Frédérique Lambert-Slythe, médecin-conseil à la direction de santé publique du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale (CIUSSS de la Capitale-Nationale), a mis en évidence la gravité de la situation.


La protonitazèpyne, identifiée pour la première fois aux environs de Montréal au début de l'année 2024, a récemment fait son apparition à Québec. Ce développement alarmant soulève une inquiétude particulière puisque les consommateurs souvent ignorant la véritable nature de ces comprimés achetés sur le marché noir, sont exposés à un danger accru de surdose.

Les effets de la protonitazèpyne comprennent l'euphorie, la confusion, les étourdissements, la somnolence, ainsi que des nausées et vomissements. Une surdose peut entraîner une respiration lente et faible, une perte de conscience, voire la mort par dépression respiratoire, rapporte le CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Face à cette menace, les autorités sanitaires insistent sur la non-consommation de cette substance.

Dans un effort de prévention, la santé publique rappelle l'existence de la naloxone, un antidote disponible gratuitement en pharmacie. Cet antidote, sans danger même en l'absence de surdose, peut sauver des vies en atténuant les effets d'une surdose le temps d'obtenir des soins médicaux.

Cependant, la puissance de la protonitazèpyne peut nécessiter plusieurs doses de naloxone pour contrer efficacement les effets d'une surdose.

Il est également conseillé de faire tester ses substances par des organismes compétents, comme le SABSA, étant donné que le protonitazèpyne n'est pas détecté par les tests standards de détection du fentanyl.

Pour plus de détails, vous pouvez consulter l'article, juste ICI.

Source: Radio-Canada | Raphaël Beaumont-Drouin & Jérémie Camirand
SONDAGE
12 Fevrier   |   352 réponses
Les autorités s'inquiètent d'un nouveau produit 25 fois plus puissant que le fentanyl

Avez-vous déjà consommé du fentanyl?

Oui, à l'hôpital154.3 %
Oui, dans la rue72 %
Non33093.8 %
LISTE DES SONDAGES
10 dernières chroniques
pub
pub
SUIVEZ NOUS
facebook
685 500 followers